Facteurs environnementaux et anthropiques affectant la fréquence croissante des interactions requin-humain

publié le 27 février 2018 (modifié le 27 mars 2018)

Facteurs environnementaux et anthropiques affectant la fréquence croissante des interactions requin-humain autour d’une île de l’océan Indien en développement rapide.

Une étude scientifique réalisée par des chercheurs de l’Université de La Réunion, en collaboration avec des experts internationaux d’Afrique du Sud et de Floride, vient d’être publiée dans la revue Scientific Reports (Nature).

Cette étude s’intéresse plus particulièrement à la compréhension des facteurs environnementaux et anthropiques affectant les interactions entre les requins et les humains sur l’île de La Réunion, de 1980 à 2016.

Cette analyse rétrospective prend notamment en compte le nombre d’usagers de l’océan exposés au risque (en particulier les surfeurs) pour mesurer la probabilité de morsure de requin.

Cette connaissance quantitative issue d’une recherche interdisciplinaire est une contribution pour guider les mesures opérationnelles de réduction du risque sur l’île.

L’étude confirme que le taux annuel d’incidence des morsures de requins à La Réunion est parmi les plus élevés au monde (jusqu’à 1 événement pour 24 000 heures de surf) et montre que la probabilité d’attaques a été multipliée par 23 sur la période 2005-2016. Depuis 1988, 86% des morsures de requins sur des surfeurs ont eu lieu sur la côte sous le vent, où 96% de l’activité de surf se concentre sur cette période. La fréquentation du littoral par les surfeurs a été divisée par 10 entre 2011 et 2016.

La modélisation statistique des évènements de morsure de requin à La Réunion montre que la probabilité d’attaque est au plus haut lors du refroidissement de l’hiver austral, au cours de l’après-midi et a notablement augmenté sur le substrat corallien depuis le milieu des années 2000.

Sont également discutés la corrélation possible entre probabilité de morsure et abondance de requins côtiers (en particulier le requin bouledogue Carcharhinus Leucas), les facteurs contributifs potentiels du risque ainsi que les stratégies de réduction du risque sur le littoral réunionnais.

En collaboration avec l’Université de La Réunion, le CRA met à disposition une version traduite en français de cet article publié dans Scientific Reports.

Erwann Lagabrielle, Agathe Allibert, Jeremy J. Kiszka, Nicolas Loiseau, James P. Kilfoil & Anne Lemahieu (2008) Environmental and anthropogenic factors affecting the increasing occurrence of shark-human interactions around a fast-developing Indian Ocean island. Scientific Reports 8 (3676) doi:10.1038/s41598-018-21553-0

https://www.nature.com/articles/s41598-018-21553-0


Télécharger :